Pearl Kingdom

Bienvenue au royaume fantastique de Pearl Kingdom
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Katas Sunstrider- Son histoire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katas

avatar

Masculin
Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 30/07/2009

Info du Personage
Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Pouvoirs: Parler avec les animaux et courir à grande vitesse
Clan: ???

MessageSujet: Katas Sunstrider- Son histoire.   Mar 4 Aoû - 22:45

(La rubrique a été accepté par la modératrices par rapport aux rubriques qui suivent,ben... vous comprenez Razz)

Journée dure.

Le calme était à son comble. La forêt produisait ses bruits habituels: les oiseaux qui chantent, la rivière qui coulent a une hauteur acceptable pour se baigner et le vent qui amenait des odeurs d'herbes fraîches et de bouleau. J'étais étendu sur l'herbe à me demander si je devais plonger dans l'eau ou rester sur la berge tout en écoutant les bruits que mes oreilles perceptaient. Comme les pas des animaux tout près ou le vent qui frôlais les plantes. Quand soudain, un cri provenant de très loin derrière moi me força à me boucher les oreilles. Je bondis sur mes pieds et fonça vers le bruit. Le cri venait de un ou deux kilomètres et j'arriva une minute après, mon record.

Je vis alors sur le sentier peu utilisé, une charrette de marchandise ravagée et saccagée par des bandits. Je me cacha derrière un buisson pour les espionner sans me faire voir. Deux corps étaient étendus sur le sol, ce qui me fit obliger de retenir mon estomac. Je me dis que j'arrivais trop tard quand je vis une autre personne, assise près de la charrette, avec un visage de peur imprégné sur son visage, entourée par trois bandits et je compris que j'avais une chance de l'aider. Je brandis donc mon arc et plaça une flèche prête à transpercer le coeur d'un des bandits et je fonça.

Un des bandits déchira le bas de la robe de la jeune fille et je su qu'il avait des idées peu orthodoxes. Alors je le visa avec mon arc et tira ma flèche qui toucha sa cible. Ses deux alliés avertirent les autres qui dévalisaient la charrette, se mirent en position défensive et décidèrent de patrouiller autour de la scène de crime. Je visa celui le plus proche et le tua mais malheureusement un des voleurs me pris au fait en criant et pointa vers ma direction. Je n'avais plus de cachette. C'est alors qu'un des voleurs lança un long couteau vers ma direction. Je l'évita de justesse en sautant à deux mètres de haut où je tira une flèche sur le lanceur de dagues. Ils n'étaient plus que deux. Je tira sur le premier qui tomba, mort d'une flèche dans le crane. Je visa l'autre mais je vis la terreur dans ses yeux, alors je le laissa s'enfuir et trébucher sur une racine.

J'alla voir la demoiselle encore vivante puisque j'entendais encore son coeur battre et la bouscula un peu. Elle avait l'air sonnée et je la laissa se réveiller. Quand elle eut retrouver ses esprits, elle lâcha un AUTRE cri de terreur qui me boucha les oreilles, mais je compris alors quand je la vis consterné devant les deux corps étalés devant elle, et j'envisagea que c'était surement ses parents.

-PAPA! MAMAN ! (Bingo)

Et je la vis pleurer pendant un demi-heure, le soleil eut le temps de se coucher aussi, la lumière commença à se faire rare. Quand je la vis s'arrêter de pleurer, je m'obligea a lui parler.

- Ça va mademoiselle ? Dis-je de ma voix supposément envoûtante.
- Comment pourais-je aller bien alors que mes parents sont morts ! Me cria-t-elle.
- Écouter bien, je comprend que vous pouvez aller mal mais si vous ne vous levez pas bientôt, vous devrez aller seule chez-vous dans le noir.
-Mais je n'ai plus de chez-moi. Cette charrette contenais toute notre maison qui a brûlé il y a trois jours, me dit-elle.
- Alors je n'ai d'autre choix que de vous accueillir chez moi, est-ce que ça vous tenterais ?
- Non merci, me répondis-t-elle, je préfère marcher toute seule que d'aller chez un inconnu. Non merci.
- Un inconnu qui vous à sauver la vie, répliquais-je.
- Et je vous remercie mais au revoir ! dit-elle avant de partir avec sa robe en lambeaux.

Quand elle fit quelques pas, la pluie commença a tomber. Le temps qu'elle avait prit et ses pleurs eût sûrement servi a l'orage de venir subtilement nous tremper. La jeune femme poussa un grognement en se retournant pour me contempler. Elle avança vers moi et me dit a quelques mètres de moi :

- D'accord, je viens avec vous. Mais c'est seulement à cause de l'orage, je n'ai pas du tout envie de dormir chez vous.
- J'accepte votre choix venez.

Et c'est alors que je partis avec elle hors du sentier, vers mon abri.

Quand nous arrivâmes à ma maison, la pluie avait déjà séchée mais nous étions tout mouillé.

- Et bien ! Il fallait que j'aille chez vous pour que la pluie cesse,ahh...
Me dit-elle,exténuée.
- Ce n'est pas si pire que cela voyons. Et s'il-vous plaît, arrêter de me vous-voyer.
- Mais comment arrêter de dire ''vous'' alors que je ne connais pas votre nom.
- Moi c'est Katas, et vous.
- Moi Ayala.
- Et bien enchanté Ayala. Tiens nous sommes arrivés. Bienvenue chez moi.

''Chez moi'' est Un bien grand mot. Depuis que j'ai perdu la mémoire c'est ici que je dors, rien de plus.
C'est une petite hutte circulaire fait en bois avec qu'une fenêtre et un cadre de porte, une porte n'est qu'un luxe, ce n'est pas très important.
- Mmm... c'est... jolie. Remarqua-t-elle.
- Attendez de voir l'intérieur. Dis-je avec un ricanement.

L'intérieur est aussi neutre que le dehors, je n'ai qu'installé qu'une table en dessous de la fenêtre près de la porte et le lit est en face du cadrage de porte.Le plancher est fait de terre et d'un peu de gazon.
- Ohh, par tout les dieux... vous réussissez à vivre dans ça !
- Oui, et même très bien. Mais je ne vous ait pas demander de me tutoyer ?- Oui , mais vous le faites aussi.
- Ouais...

Elle fit le tour de mon petit château TRÈS miniature et me fixa.
- D'accord, même si je ne vous connais pas, demain je refais la déco de cette porcherie.
- Parce que demain tu comptes rester ici ?
- Ohh oui ! Avec tout ce fouillis c'est une chance que vous m'aillez sauvé.
- Mais demain nous aurons d'autres projets. Comme ramasser tes meubles qui restent.
- Ohh non ! Dit-elle avec une mine effaré. Ils doivent tous être mouillé !
- C'est pour cela que nous irons demain et pas plus tard.
- Je suis avec v...toi mais j'ai des questions a te poser.
- Et qu'elles sont-elles.
- Qui es-tu et que fais tu dans les bois ?
- Et bien je ne peux répondre à tes questions.
- Ahh oui et pourquoi ça ?
- Trop de questions pour aujourd'hui, je suis fatigué. Tu sais ça n'a peut-être pas l'air mais c'est exténuant sauver des demoiselles en détresse.
- Merci de m'appeler demoiselles.
- De rien. Bon, maintenant tu peux dormir sur mon lit, moi je vais dormir en dessous de la table. Et demain je te fais un nouveau lit. Mais là, tu dois dormir et moi aussi.
- Alors bonne nuit Katas.
- Bonne nuit, Ayala.

Et je me perdis dans les ténèbres pour dormir.


Dernière édition par Pipper le Ven 7 Aoû - 20:39, édité 2 fois (Raison : Rubrique qui raconte la vie de Katas, la ''créature'' incomprise.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Katas Sunstrider- Son histoire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Kingdom :: Village de Perle :: Forêt-
Sauter vers: